Les salariés peuvent bénéficier de deux nouveaux congés depuis le 1er janvier 2017 : le congé de proche aidant et le droit à l’absence pour raisons médicales.

En plus des congés pour événements familiaux prévus par le code du travail, la loi Travail a introduit ou élargit deux congés liés à la situation de famille.

Le congé de proche aidant qui s’opère sur une période longue n’est pas rémunéré. Le droit à l’absence pour se rendre à des examens médicaux obligatoires est d’une durée courte, généralement moins d’une journée. C’est une absence rémunérée par l’employeur.

Le congé de proche aidant (avec ou sans lien familial)

Les salariés étaient déjà, avant la loi Travail du 8 août 2016, dans la possibilité de prendre un congé pour s’occuper de ses proches dépendants, malades, âgés ou handicapés. Il s’agissait uniquement des proches avec un lien de parenté.

Ce droit est aujourd’hui ouvert aux personnes ayant des liens de proximité, sans qu’il y ait nécessairement un lien filial.

Nous avons détaillé ce dispositif dans l’article :  « Le congé de proche aidant élargi ».

Le droit à l’absence pour raisons médicales

Une collaboratrice bénéficie d’une autorisation d’absence pour se rendre aux examens médicaux dans trois cas de figure. :

  • La surveillance médicale de la grossesse.
  • Les suites de l’accouchement.
  • L’assistance médicale à la procréation.

Le conjoint a également le droit de se rendre à trois de ces examens sur son temps de travail.

Le détail des modalités sont présentées dans l’article : « Droit à l’absence pour examens médicaux des futurs parents ».

 

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE