Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les congés payés ne sont pas une invention française ! Alors que nous fêtons cette année leurs 80 ans, certains de nos voisins ont déjà soufflé les 100 bougies des congés payés, notamment l’Allemagne où ils ont été instaurés dès 1905.

Les pays scandinaves ont emboîté le pas à l’Allemagne en 1910, la Pologne et le Luxembourg dès le début des années 20. Pour la Grèce, la Roumanie, l’Espagne, le Portugal ainsi que le Chili, le Mexique et le Brésil, l’instauration des congés payés a lieu entre la fin des années 20 et le début des années 30. Les Français sont donc bien loin d’être des précurseurs sur ce sujet.

Des deux semaines de congés payés acquises en 1936, mesure phare du Front Populaire, jusqu’aux cinq semaines que nous connaissons aujourd’hui, il y aura également un long chemin.

L’allongement des droits à congés payés n’est pas une impulsion gouvernementale : en 1955, Renault accorde à ses salariés une troisième semaine de congés payés. Puis, quelques années plus tard, Renault, qu’on qualifiera de « laboratoire social », ajoute une quatrième semaine. Plusieurs entreprises calquent ce modèle, que le gouvernement finira par généraliser par la loi du 27 mars 1956 pour les 3 semaines. Les 4 semaines attendront le 17 mai 1969, à la suite des événements de Mai 68. Pierre Dreyfus, ex-PDG de Renault, devient Ministre de l’Industrie en 1981 et parvient à instaurer la cinquième semaine de congés payés le 13 janvier 1982.

Dès 1964, la France avait rattrapé le retard de ses débuts. L’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas étaient enfin distancés.

La quatième semaine de congés payés

Le débat opposant défenseurs du « progrès social » et de la « compétitivité », se poursuit en 2016 avec le projet de réforme du Code du travail. Pour Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, il s’agit « d’un recul historique pour les droits des salariés » quand pour Myriam El Khomri, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social qui porte le projet, c’est « l’immobilisme qui menace notre modèle social ».

Quoi qu’il en soit, les congés payés sont bien ancrés en France. Le 2 mars, le Conseil Constitutionnel a déclaré inconstitutionnelle l’absence d’indemnité compensatrice de congé payé en cas de rupture du contrat de travail provoquée par la faute lourde du salarié.

En 1936, l’idée « d’être payé à ne rien faire » était encore audacieuse. En 2016, un salarié licencié pour faute lourde peut malgré tout partir avec une indemnité compensatrice au titre des congés payés qu’il avait acquis.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE