Bienvenue sur Paccioli,  le magazine de Lucca, un media dans lequel nous abordons la transformation de votre métier avec humilité, sérieux et humour

QVT

Droit à l’erreur en entreprise : pourquoi est-ce tabou ?

Moins d'une minute

Le droit à l’erreur est toujours une question intéressante en entreprise. Est-ce tabou ? Oui.

  • J’ai fait une boulette : oups… comment je fais pour en parler à mon boss ?
  • En tant que manager, si je veux être crédible je ne peux pas me tromper.
  • Les RH ont mis « Test and Learn » dans nos valeurs d’entreprise, mais la réalité c’est plutôt « Tu peux essayer mais fais-nous valider et évite de te louper… »

Voilà ce que des milliers de collaborateurs expriment régulièrement dans les sondages Bloom at Work sur l’erreur en entreprise. D’ailleurs, 83% des français considèrent qu’on dévalorise trop souvent les personnes qui subissent un échec dans la vie professionnelle (1) et 57% des managers français estiment que « rebondir après un échec professionnel est particulièrement difficile » (2).

Un dirigeant qui admet avoir pris une mauvaise décision perd de la légitimité. Quant au collaborateur qui admet que son projet n’atteindra pas les objectifs, lui sera sanctionné. L’erreur en entreprise, ça ne doit pas exister autant pour les managers que les collaborateurs…

Mais l’erreur est humaine tout le monde peut se tromper. Il faut aussi voir le côté positif de la chose : vous auriez beaucoup à gagner en dépassant le tabou du droit à l’erreur dans votre entreprise.

Découvrez sur Forbes la dernière tribune de Julie Chane Ching, co-fondatrice de Bloom at Work.

Découvrez également sur notre site comment améliorer la qualité de vie au travail des collaborateurs ?

(1) Sondage Ipsos, 2013 (2) Sondage de l’Associa9on progrès du management (APM), 2011.

Articles similaires
QVT
Enquête qualité de vie au travail : pourquoi choisir Bloom at Work
QVT
Comment évaluer les risques psychosociaux de votre entreprise ?
QVT
3 types de managers qui arrivent à améliorer le bien-être au travail
QVT
Pour le développement des collaborateurs : donnez le droit à l'erreur