Ce chiffre provient des statistiques d’un échantillon de 283 entreprises ayant opté pour la dématérialisation des fiches de paie dans le cadre de la loi de 2009. Cette loi, rappelons-le, stipulait que l’entreprise devait recueillir l’accord de chaque salarié.

Selon une enquête relayée par le site economie.gouv.fr, le taux de pénétration de la dématérialisation dans les entreprises en France serait de 15 %, à ce jour.

Avec la loi El Khomri, ce taux est promis à un bel essor et ce, pour deux raisons : une entreprise peut désormais dématérialiser les bulletins de paie de ses salariés, sans recueillir leur accord. Ensuite, et les statistiques de Lucca le prouvent, les salariés sont favorables à cette mesure.

L’absence d’autorisation provient d’un simple oubli du salarié.

Les retours des services RH qui travaillent avec l’éditeur Lucca laissent penser qu’une grande partie des 17 % de collaborateurs n’ayant pas opté pour la dématérialisation provient d’une négligence de leur part plutôt que d’une volonté délibérée.

L’âge du salarié a peu d’impact.

Si les moins de 30 ans sont les plus friands de dématérialisation (85%), les salariés de plus de 60 ans l’adoptent aussi volontiers, avec 78% d’acceptation du service.

4 conseils pour faire accepter le bulletin de paie dématérialisé dans votre entreprise :

  1. Ne vous contentez pas d’avertir vos salariés et de leur préciser qu’ils peuvent s’y opposer. Présentez leurs les avantages que revêt pour eux la dématérialisation.
  2. Rappelez-leur qu’ils peuvent, à tout moment, revenir sur leur décision.
  3. Mettez en valeur l’aspect moderne de la démarche pour l’entreprise.
  4. Utilisez plusieurs outils pour réussir votre communication interne : affiches, brochures, emails, etc.

Les données présentées dans cet article ont été collectées par l’éditeur de logiciel Lucca.