Une étude réalisée par Deloitte en 2017 a mis en évidence l’insatisfaction générale des salariés vis-à-vis de l’entretien annuel d’évaluation, aussi bien du côté de l’évalué que de l’évaluateur. Jugé inefficace, chronophage, voire même inutile pour certains, ce processus reste cependant nécessaire pour les entreprises, ne serait-ce que pour manager la performance des équipes ou l’évolution des carrières de ses collaborateurs. 

Avant d’enterrer l’entretien annuel d’évaluation comme le suggère la presse chaque année, l’éditeur de logiciels Lucca s’est penché sur les pratiques des 260 entreprises françaises en la matière. Comment mènent-elles leurs campagnes ? Comment sont conçues leurs grilles d’évaluation? Quels thèmes sont abordés lors des entretiens ? 

Trois grands points de frictions ont été identifiés et expliquent le désamour des salariés pour les entretiens annuels d’évaluation :

 

1- L’entretien annuel traite trop de sujets

Évaluation de la performance, revue des objectifs, formations et demandes d’évolution… autant de sujets généralement traités pêles-mêles au cours des entretiens annuels d’évaluation. Les entreprises le confirment : 71% d’entre elles indiquent aborder au moins trois grands thèmes au cours de leurs campagnes dont la revue des objectifs des équipes (29%) ou l’évaluation de la performance des salariés pour fixer les augmentations (21%). Rares, cependant, sont celles qui traitent du sujet pourtant crucial du développement du collaborateur (4,8%).  

La multitude des thèmes abordés a pour conséquence de rendre les entretiens trop longs à préparer, illisibles pour le collaborateur, difficiles à mener pour le manager et impossibles à analyser pour les responsables RH. 

Bonne pratique : Consacrez l’entretien d’évaluation uniquement au développement du collaborateur. L’entretien annuel n’est en effet ni le moment de faire le point sur les objectifs (à réaliser au projet, au semestre ou au trimestre) ni de faire des retours sur des événements qui auraient dû faire l’objet d’un feedback immédiat.

 

2- Les collaborateurs ne sont pas assez impliqués dans les campagnes d’entretiens

Le désamour des entretiens annuels en entreprise s’explique également par un manque de compréhension de ses enjeux. Un collaborateur sur quatre avoue ne pas comprendre le processus d’entretiens annuels de sa société et un sur six ne le connait même pas. Seuls 4% des collaborateurs interrogés estiment que leur processus d’entretiens annuels est apprécié dans leur entreprise. 

En termes de préparation, les salariés n’ont que peu l’occasion d’anticiper les entretiens. En effet, 18,4 % des sondés déclarent ne jamais recevoir la grille d’évaluation en amont de l’entretien et 18,4 % seulement une semaine avant, ce qui ne leur laisse pas suffisamment de temps pour prendre connaissance des critères d’évaluation ni même préparer leur entretien correctement.

Bonne pratique  : Laisser entre 15 jours et 1 mois de préparation aux collaborateurs pour leur permettre de prendre le recul nécessaire pour engager le processus d’évaluation plus sereinement. Encouragez également l’auto-évaluation et invitez-les à lister ce qui leur a plu et déplu au cours de l’année. Le manager pourra ainsi mieux comprendre les problématiques de son interlocuteur et lui proposera une réponse personnalisée. 

 

3 – Les campagnes d’entretiens annuels sont trop longues 

La majorité des DRH avoue ne jamais recevoir 100% des grilles d’entretien remplies (55%) et passer 4 à 12 semaines à la gestion des campagnes. Outre les relances des traditionnels retardataires,  la pénibilité des campagnes peut trouver sa source dans le contenu des grilles d’entretien. Des questions éloignées de la réalité du poste du collaborateur ou généralistes contribuent au désengagement des collaborateurs dans la réussite de la campagne.

Bonne pratique  : Interrogez vos collaborateurs sur le contenu des grilles de l’année passée : est-il adapté ? Les questions reflètent-elles la réalité du poste ou des compétences métiers requises ?  Les collaborateurs sont-ils surpris par les questions ?

 

New call-to-action