Dans l’enquête réalisée par l’éditeur de logiciels RH Lucca auprès de 260+ entreprises entre le 1er juillet et le 30 août 2019, 18% des sondés indiquent mettre en place des entretiens annuels d’évaluation par obligation légale. On observe ici encore la confusion récurrente entre entretien d’évaluation et entretien professionnel.

Quelle est la différence entre ces deux entretiens ? Quelles sont vos obligations ?

L’entretien professionnel est obligatoire

Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur la réforme de la formation professionnelle le 1er janvier 2015 puis la loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, les entreprises ont l’obligation de réaliser des entretiens professionnels, au minimum tous les 24 mois, pour les salariés ayant au moins 2 ans d’ancienneté. Il s’applique également aux collaborateurs en reprise d’activité après un congé ou un arrêt de longue durée (congé sabbatique, parental, maternité, soutien familial, mandat syndical, arrêt maladie…).

Les entretiens professionnels ne sont pas des entretiens d’évaluation et doivent être traités de manière distincte.  Ils sont un bilan d’étape sur la carrière des collaborateurs, permettant d’évaluer leurs besoins en formation. Retrouvez les formalités à respecter dans notre article dédié à l’entretien professionnel.

L’entretien d’évaluation est facultatif

L’entretien d’évaluation est quant à lui facultatif, et peut prendre la forme souhaitée par l’entreprise : entretien annuel, notation, revue d’objectifs… L’entretien d’évaluation peut cependant être imposé dans une convention collective et décrire précisément le processus à respecter : contenu, périodicité…

Il concerne l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise et est dédié à l’appréciation de leurs aptitudes professionnelles dans le cadre de la réalisation de leurs missions. Il est traditionnellement réalisé entre un salarié et son supérieur hiérarchique, une fois par an. Des évaluations collégiales peuvent également venir compléter cet entretien. Elles se font lors d’une réunion regroupant les collègues et les managers ayant collaboré avec l’évalué. C’est alors l’occasion de discuter et éventuellement d’amender le projet d’évaluation préparé par son manager direct.

L’évaluation ne peut pas être refusée par un collaborateur, sauf s’il n’a pas été informé au préalable des méthodes utilisées par son entreprise. Les critères d’évaluation doivent être objectifs et transparents et sont généralement communiqués aux salariés via une grille d’entretien, communiquée idéalement entre 15 jours et 1 mois avant la date de l’entretien. 

Pour aller plus loin

 https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F32040

 https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F31854

 

New call-to-action