Le 19 juin dernier, le BCG et l’ANDRH ont publié les résultats d’une enquête menée auprès de 458 DRH sur les nouveaux modes de travail post Covid. Intitulée « Le futur du travail vu par les DRH », cette étude confirme la généralisation du télétravail dans les entreprises.

Voici les 3 principaux enseignements de cette étude.

Pas de full remote, mais un mix entre télétravail et présence sur site

85 % des DRH interrogés se disent convaincus par la pratique du télétravail depuis le confinement et 82 % souhaitent même l’ouvrir à davantage de postes. Toutefois, pas question d’en faire un mode permanent, seul 1% des sondés l’envisagent. La majorité d’entre eux estime que les salariés télétravailleront entre 1 et 3 jours par semaine.

Cette transition brutale est donc finalement perçue comme une véritable opportunité pour les organisations qui y voient l’occasion de :

  • proposer un meilleur équilibre de vie pour les collaborateurs
  • augmenter la productivité
  • diminuer leur empreinte carbone

Les managers sont les premiers concernés par ce changement de mode de travail

92% des DRH pensent que le télétravail va directement impacter les managers. Pour éviter la perte d’engagement, la dégradation du lien salarié / entreprise et les risques psycho-sociaux liés à l’isolement, ils vont devoir se concentrer sur :

  • L’intelligence émotionnelle et l’assertivité : donner du sens, motiver
  • La montée en compétence des équipes
  • La fixation et le suivi des objectifs
  • La circulation de l’information

Des pratiques RH et une organisation du travail à repenser

La mise en place du télétravail dans le contexte du confinement va devoir évoluer pour être pérennisé. Pour plus de 80 % des DRH, il faudra changer la politique RH et repenser l’organisation du travail dans l’entreprise. Cela passera par :

  • Une plus grande autonomie des collaborateurs
  • Davantage de transparence dans l’avancement des projets ou des tâches
  • L’expérimentation du travail en mode projet
  • La mise en place de sessions de formations.

Toutefois, si les DRH sont conscients des bouleversements qui les attendent, moins de la moitié (41 %) des DRH se disent prêts à investir pour mener à bien cette transformation. Le chemin risque donc d’être encore être long.

Pour lire l’étude complète sur le futur du travail.

Quitter après avoir répondu

Please enter your comment!
Please enter your name here