Rendu obligatoire depuis la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle et successivement aménagé par diverses réformes et ordonnances, l’entretien professionnel complète les traditionnelles revues d’objectifs et entretiens d’évaluation pour se consacrer à la carrière du collaborateur. 

De la TPE au grand groupe, du manager au DRH, comment concevoir, mettre en place et optimiser la gestion de ce type d’entretiens dans son entreprise ?

Comprendre les enjeux de l’entretien professionnel

Chaque année, l’OCDE publie son rapport dédié à la formation professionnelle. Si les chiffres de l’étude datant de février 2019 montrent immanquablement le retard de la France en la matière, ils confirment surtout la nécessité de moderniser le système de formation. En effet, sur les 32% d’adultes qui ont participé à une formation liée au travail l’an passé, 49% d’entre eux n’en sont pas du tout satisfaits. 

La mise en place de l’entretien professionnel résulte de ce constat et vient responsabiliser les entreprises dans la montée en compétences de leurs salariés. Au delà de son devoir d’employabilité, l’entreprise devient désormais facilitatrice et actrice de la formation de ses collaborateurs. 

Pour aller plus loin

Données clés sur les systèmes de formation professionnelle dans les pays de l’OCDE

 

Faire de l’entretien professionnel une opportunité 

Pierre Monclos, DRH & expert en digital learning chez Unow le rappelle : “il faut dissocier l’entretien d’évaluation de l’entretien professionnel”. L’objectif n’est pas de parler de la performance du salarié mais de prendre du recul sur son projet de carrière et d’envisager les moyens dont il dispose pour y parvenir. Aussi faut-il savoir comment gérer cette obligation légale : déterminer les sujets à aborder lors de l’entretien professionnel, la population de l’effectif concernée, les formalités à respecter ou encore la périodicité de l’entretien.

Si les managers et les DRH assurent la réalisation de l’entretien professionnel, des acteurs de la formation professionnelle peuvent également intervenir, aussi bien auprès des entreprises que des salariés. Les conseillers en évolution professionnelle comme l’APEC et les opérateurs de compétences (OPCO) proposent par exemple des ateliers pour préparer ce rendez-vous et mettent à disposition des outils tels que des trames d’entretien. Ils peuvent également venir en aide aux salariés et dirigeants pour définir leurs besoins et co-construire avec eux des plans de financement de formations. 

L’entretien professionnel contribue ainsi pleinement au développement de l’entreprise en devenant un vrai outil de fidélisation des salariés et de performance. 

Quatre interviews d’experts pour aller plus loin :

 

Optimiser ses campagnes d’entretien professionnel

La bonne gestion des échéances, de l’historisation des formations et des entretiens passés, mais aussi du suivi de la rémunération est un facteur clé de la réussite des campagnes d’entretiens. 

Pour Cyrille Simminger, Directeur Opcalia Auvergne Rhône-Alpes le confirme : “les entreprises doivent s’organiser et s’équiper d’outils leur permettant d’identifier facilement les salariés concernés, de centraliser les formations suivies et les évolutions de rémunération, ou encore d’émettre des alertes automatiques sur les échéances d’entretien, etc. Ce type de solutions donne l’opportunité aux salariés et à leurs managers de préparer les entretiens dans de bonnes conditions et de se focaliser uniquement sur le contenu du rendez-vous.

Pour aller plus loin

3 bénéfices que doit vous apporter un logiciel de gestion des entretiens individuels

 

Téléchargez nos grilles d'entretiens personnalisables