Bienvenue sur Paccioli,  le magazine de Lucca, un media dans lequel nous abordons la transformation de votre métier avec humilité, sérieux et humour

Congés et absences

Tout savoir sur le calcul des droits aux congés payés

Temps de lecture : 4 minutes

Contrairement aux congés spéciaux, les congés payés dépendent de règles d’acquisition qu’il convient de connaître pour obtenir des compteurs justes. Retrouvez dans cet article :

  • les conditions pour bénéficier des congés payés ;
  • leurs règles de calcul ;
  • ce qu’il convient de faire si les congés payés n’ont pas été entièrement consommés en fin de période.

En bonus, découvrez les règles de congés les plus surprenantes du monde entier.

droits aux congés payés
Sommaire de l'article

Quelles sont les conditions pour bénéficier de congés payés ?

Chaque salarié a droit à des congés payés à la charge de l’employeur, dès son premier jour de travail dans l’entreprise. 

Les droits des salariés d’une entreprise privée

L’acquisition de journées de congés payés s’acquiert au fil de l’eau. Le nombre de journées de congés acquis est de 2,5 jours ouvrables (ou 2,08 jours ouvrés) pour un travail à temps plein chez le même employeur. Il est possible de poser des congés dès qu’ils ont été acquis. 

Les droits aux congés (non payés) pour les stagiaires

Lorsqu’un stage se déroule sur une période supérieure à deux mois, la convention de stage doit prévoir la possibilité de poser des congés et d’autorisations d’absence pour le stagiaire. Le maintien de la gratification de ces périodes d’absence n’est pas obligatoire.

Les droits aux congés dans la fonction publique

Dans la fonction publique les agents titulaires et les agents contractuels bénéficient d’un droit à congé annuel rémunéré. Sa durée est égale à 5 fois le nombre de jours travaillés par semaine.

Pour en savoir plus sur les droits de l’employeur et du salarié,
téléchargez notre guide pratique sur les congés.

inscription newsletter

Comment se calculent les droits aux congés payés ?

Le calcul des droits à congés reposent sur trois notions : le travail effectif, le temps de présence dans l’entreprise et la période de référence d’acquisition des congés.

Qu’est-ce que le travail effectif ?

Une journée de travail effectif correspond à une journée pendant laquelle le travail convenu a été fourni, qu’importe le nombre d’heures réalisées. Pour chaque journée de travail effectif, des jours de congés sont acquis.

Certaines absences sont assimilées à du travail effectif : congés payés de l’année précédente, congé maternité / paternité, congé pour événements familiaux, congé individuel de formation…

D’autres ne le sont pas : congé parental à plein temps, maladie non professionnelle, chômage partiel, grève, congé sabbatique…

Comment se calcule le temps de présence ?

Un mois de travail effectif correspond à 4 semaines. Autrement dit :

  • 24 jours ouvrables (horaire calculé sur 6 jours par semaine) ;
  • 20 jours ouvrés (horaire calculé sur 5 jours par semaine).

Si le salarié a travaillé 48 semaines ou 288 jours ouvrables / 240 jours ouvrés, il a droit à la totalité de ses congés : 30 jours ouvrables ou 25 jours ouvrés. Si le salarié a un temps de travail effectif moins important, il bénéficie des congés au prorata de ce calcul.

Quelle est la période de référence pour l’acquisition des congés ?

La période de référence pour l’acquisition des congés est fixée par décret. Elle est fixée du 1er juin de l’année précédente au 31 mai de l’année en coursLa période de référence peut être modifiée par accord d’entreprise ou d’établissement, accord de branche ou convention collective.

Depuis la loi Travail du 8 août 2016, un salarié peut faire valoir son droit à congés dès qu’il en acquiert, sans attendre le début de la période de prise de congés. Il peut ainsi consommer ses congés au fur et à mesure de la période d’acquisition. L’employeur doit cependant donner son accord sur les dates demandées par le salarié.

Et si tous les congés payés ne sont pas consommés dans l’année ?

En règle générale, les congés payés annuels peuvent être consommés jusqu’au 31 mai de l’année en cours. Ensuite, ils sont perdus sauf dans les cas ci-dessous :

  • un accord mutuel entre l’employeur et le salarié (on ne peut imposer le report des congés) ;
  • une convention ou un accord de branche peut prévoir des conditions de report des jours ; 
  • une dérogation sur le délai de prise de congé est admise très exceptionnellement quand le report est réalisé à la demande expresse de la hiérarchie pour raison de service, et validée par la Direction du Personnel de l’établissement. Le report ne peut alors pas dépasser le 31 décembre suivant ;
  • un arrêt de travail pour maladies, congé maternité ou congé d’adoption permet de reporter les congés non consommés après la fin de l’arrêt.


Dans la pratique, il est rare que les droits à congés payés soient perdus en fin de période. Les responsables paie et RH gèrent généralement au cas par cas les autorisations de report accordées aux salariés n’ayant pas pu prendre tous leurs congés payés pour des raisons d’organisation.

Calcul des congés payés internationaux : testez vos connaissances

Maintenant que les règles de calcul des congés en France n’ont plus de secret pour vous, découvrez les pratiques surprenantes de nos pays voisins. 

Le calcul des congés payés est aussi long que fastidieux. Une erreur est lourde de conséquences à la fois sur votre climat social et sur la production de la paie. Un logiciel de gestions des congés et absences peut vous aidera à éradiquer les erreurs et à réduire le temps que vous y consacrez.

New call-to-action
Articles similaires
Congés et absences
8 conseils d'experts pour réussir sa gestion du chômage partiel
Congés et absences
Tout savoir sur l’activité partielle
Congés et absences
Les congés illimités, c’est du flan
Congés et absences
Congés supplémentaires : ces jours fériés locaux qui vont vous faire quitter Paris