Toutes les solutions Lucca sont dotées de fonctionnalités leur permettant de s’intégrer dans un système d’information que ce soit par le biais de fichiers d’export ou d’interfaces. En combinant différentes solutions, qu’il s’agisse de logiciels RH, de reporting ou de webservices, vous construisez le SIRH le plus adapté à votre entreprise. Autrement dit, celui qui vous apporte le plus de valeur.

Comment fonctionne un logiciel de ressources humaines ?

Un logiciel RH est composé de plusieurs éléments :

Des processus

Via un ensemble de séquences d’instructions, les programmes commandent des actions à réaliser dans un but précis : soumettre une demande de congés, enregistrer un temps de travail, saisir une dépense, envoyer une alerte à un collaborateur, exporter un fichier…

Une base de données

Une base de données associées et accessibles séparément ou de manière groupée : nom, coordonnées, numéro de sécurité sociale, type de contrat, date d’arrivée dans l’entreprise, congés accumulés, temps de présence…

Pourquoi interfacer un outil de ressources humaines avec d’autres logiciels métier ?

Un logiciel de ressources humaines n’est pas conçu pour fonctionner seul. Son but est de collecter et d’échanger des données avec d’autres outils, tels que des logiciels de comptabilité ou de paie.

Les données RH sont utilisées par les logiciels de deux façons. Dans le premier cas, une même donnée brute peut être utilisée par plusieurs logiciels différents pour réaliser des actions distinctes. C’est par exemple le cas des données liées à l’identité du collaborateur. Dans le second, une donnée A est utilisée par le logiciel 1, qui produit alors une donnée B nécessaire au logiciel 2 pour la réalisation de ses actions. C’est le cas du logiciel de congés Figgo qui transmet les absences d’un collaborateur au logiciel de suivi des temps de travail Timmi.

Interfacer son logiciel de comptabilité ou son logiciel de paie avec un outil RH permet ainsi d’éviter des ressaisies inutiles. Cela facilite également la transmission des informations pour assurer la fiabilité des données récoltées et échangées, sur l’intégralité du flux de travail (workflow).

Comment intégrer des logiciels RH dans son système d’information ?

Il existe 3 moyens de faire communiquer différents logiciels ensemble.

Le fichier d’export

Les logiciels ne communiquent pas ensemble, mais l’un d’eux peut exporter les données qu’il a récolté dans un fichier, sous un format que les autres outils « comprennent » (csv, excel…). Il suffit ensuite d’importer ce fichier dans le logiciel de destination pour partager les données.

Le connecteur

Deux logiciels ne parlent pas le même langage et nécessitent un intermédiaire, autrement appelé un logiciel « connecteur ». Ce dernier jouera le rôle d'interprète et mettra les données au format adéquat dans chacun des logiciels.

Les API

Le logiciel possède une interface de programmation (API) ouverte. L’API sert à connecter ce logiciel à un outil extérieur par voie de programmation. En d’autres termes, elle fonctionne comme une télécommande avec son téléviseur. L’API permet de piloter le logiciel et facilite ainsi le partage de données avec d’autres logiciels issus d’éditeurs différents pour leur permettre de « parler le même langage ».

Les logiciels Lucca s’intègrent parfaitement aux systèmes d’information existants et sont capables de communiquer avec les applications logicielles d’un grand nombre d’éditeurs : paie, comptabilité, ERP, mais également les webservices tels que Zapier ou Slack… API ou serveur FTP, ils est possible de faire transiter les données dans les deux sens : des solutions Lucca vers un logiciel paie / comptabilité fichier et inversement.

Comment sécuriser les connexions entre logiciels ?

La connexion de plusieurs logiciels nécessite une attention particulière à la sécurité des données partagées. Pour limiter le risque de cyber-attaques ou vols de données sensibles, les outils utilisés doivent répondre à des règles spécifiques. Ces dernières auront pour finalités d’assurer la traçabilité et la sécurité des accès : authentification, gestion des droits, type d’hébergement des données, architecture des API et des systèmes d’information, etc.