Plus votre entreprise se développe, plus le volume de tâches administratives augmente. Si vous voulez que vos équipes y consacrent le moins de temps possible et se concentrent davantage sur leurs missions principales, vous devez passer par l’automatisation de vos processus. À commencer par celui de vos ressources humaines via la mise en place d’un SIRH.

Si ces outils étaient auparavant coûteux et complexes à déployer pour des PME, l’avènement du modèle SaaS et l’augmentation du nombre d’éditeurs sur le marché a permis 2 choses : la baisse des prix et l’apparition de solutions “à la carte”. Voici en quoi cela consiste et comment ce type d’outils répond aux enjeux d’une PME.

Le concept de SIRH « à la carte »

Il existe deux grandes catégories de SIRH :

  • Le SIRH tout-intégré

    Un SIRH intégré fonctionne comme un ERP. Une base de données unique (les fiches utilisateurs) alimente les différents modules nécessaires à la gestion des RH : dossier du personnel, temps et activités, formation, gestion des talents... L'un des inconvénients majeurs de cette approche est la nécessité de s'équiper de tous les modules en même temps, y compris ceux dont on a pas forcément besoin... Peu d'éditeurs proposent les modules à la carte et il est plus difficile de le faire communiquer avec une solution tierce.

  • Le SIRH composite

    Aussi appelé Best of Breed, le SIRH composite est constitué d’un panel d’outils RH dédiés à la gestion de processus spécifiques (le suivi des temps d’un côté, la gestion du dossier RH de l’autre par exemple). Chaque outil se positionne comme le meilleur de sa catégorie.

    L’avantage pour une PME est que chacun des logiciels utilisés possède une grande profondeur fonctionnelle. Ces outils proposent généralement des options d’interfaçage avec d’autres systèmes (paie, formation…), permettant ainsi de construire un SIRH “à la carte” et d’automatiser ses processus de manière progressive.

Une meilleure maîtrise de sa transformation numérique et de son budget

Investir dans un SIRH est un projet qui mobilise du temps et de l’argent. Deux ressources bien souvent restreintes dans les PME. Le SIRH “à la carte” lève ces deux contraintes. Le fait d’automatiser ses processus chantier après chantier limite le temps à y consacrer et permet d’utiliser uniquement ce dont on a besoin à un instant donné.

Le mieux étant l’ennemi du bien, il est préférable se concentrer sur les besoins les plus pressants (les tâches à l’origine du plus d’erreurs ou source de perte de temps) plutôt que d’anticiper trop vite d’hypothétiques évolutions. La plupart des PME commencent par exemple par la digitalisation de leur gestion des congés et des absences. Ce processus, relativement simple à automatiser, offre un rapport investissement / bénéfices élevé et l’outil se déploie en quelques semaines.

Un outil qui évolue en fonction du stade de développement de l’entreprise

Un SIRH « à la carte » répond aussi bien aux enjeux d’une PME qu’à ceux d’un grand groupe ou d’une multinationale. La seule différence est le nombre de modules qui composent votre solution. Voici ceux que nous vous recommandons d’adopter selon vos besoins actuels.

Pour une entreprise entre 5 et 20 salariés sans projet de recrutement

Si vous ne souhaitez plus gérer vos processus RH manuellement, vous pouvez vous orienter vers des solutions adaptées à des TPE. Lorsque vous grandirez, vous devrez probablement changer de logiciel mais l’avantage est que vous aurez déjà structuré vos processus.

Pour une PME de 30 à 80 salariés aux effectifs stables

Commencez par automatiser les processus administratifs simples comme la gestion des congés et absences ou des dossiers RH. Vous pourrez ensuite compléter progressivement votre SIRH.

Pour une entreprise en hypercroissance ou avec turn over important et à partir de 80 salariés

Ajoutez à la formule précédente des modules d’onboarding et de gestion des objectifs (individuels et d’équipe) pour anticiper et absorber la croissance des effectifs mais aussi accompagner le développement des compétences.

Pour une entreprise internationale

Une fois votre SIRH intégralement constitué, sa capacité à s’adapter aux règles de gestion de chaque pays et donc sa profondeur fonctionnelle et sa flexibilité de paramétrage (pour prendre en compte les différences d’une entité à l’autre), est primordiale. Vous devez également vérifier que le SIRH est disponible en plusieurs langues.

Ne perdez pas de vue que mettre en place un SIRH contribue à améliorer la performance de l’entreprise mais ne se suffit pas à lui-même. L’outil est un moyen, non une fin. Vos usages doivent donc aussi évoluer.

Enfin, si la couverture fonctionnelle reste évidemment la grille de lecture du projet, c’est l’expérience utilisateur qui en assure le succès. Un SIRH bien conçu et intuitif limite les résistances au changement, d’où l’importance d’en faire un critère de choix pour sa PME.